Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

Bienvenue chez CENTURY 21 Premium, Agence immobilière ORLEANS 45000

L'actualité de CENTURY 21 Premium

4 conseils pour éviter l'arnaque aux faux logements

Publiée le 14/09/2016

Ce week-end, la fille du président a été délestée de 2400 euros, versés par avance à un propriétaire fantôme. Conseils de spécialistes pour éviter cette escroquerie, qui reste assez courante.

À en croire les révélations du magazine Closer en fin de semaine dernière, une escroquerie à la location a fait une victime de choix en la personne de Flora Hollande, la fille deFrançois Hollande et de Ségolène Royal. Après avoir repéré sur Internet un logement de 40 m² à louer correspondant pleinement à ses critères et visité les lieux, la jeune femme de 24 ans aurait directement versé deux mois d’avance de loyer, soit 2400 euros.

Problème: au moment d’emménager dans les lieux le 5 septembre, le propriétaire présumé s’était envolé. Et la jeune étudiante accompagnée de se mère s’est retrouvée devant une porte close, victime d’une escroquerie. Pour éviter d’être vicitme de ce genre d’arnaque, encore courant, voici quelques conseils de spécialiste.

1. Ne jamais payer en intégralité

Pour Laurent Vimont, président du réseau Century 21, les choses sont simples: «On ne paie rien en avance, pas d’acompte, ni d’arrhes». Une position de principe, plus facile à défendre lorsque l’on passe par une agence. Dans les faits, sur des marchés tendus, le locataire n’est pas en position de force et il est difficile de refuser la moindre avance. «On ne verse rien avant d’avoir en main un exemplaire signé du bail, précise David Rodrigues, juriste à la CLCV. Ensuite, on peut verser 50% au maximum, 30% idéalement en arrhes ou en acompte, que le propriétaire est en droit d’exiger.»

2. Se méfier des mandats cash et des propriétaires résidant à l’étranger

«Le propriétaire ne peut pas toujours être sur place, admet David Rodrigues, mais avant de se lancer il faut avoir des échanges récurrents avec lui et s’assurer de la continuité de son discours. Il ne faut pas non plus hésiter à être à l’affût des fautes d’orthographe ou de syntaxe. Souvent, les auteurs de ce genre d’escroquerie opèrent sur Internet depuis l’étranger.» De son côté, Laurent Vimont précise: «Lorsqu’un propriétaire présumé réclame un mandat cash, car il est loin, c’est un indicateur élevé de risque d’escroquerie.»

3. Récupérer le maximum d’informations sur le logement avant la visite

Avec les outils Internet tels que Google Earth, l’aspirant locataire peut déjà se faire une assez bonne idée de la situation de son logement dès qu’il dispose de l’adresse. «Il faut s’assurer que le descriptif du logement corresponde à la réalité et ne pas hésiter à interroger le propriétaire sur son logement, le quartier, depuis quand il est propriétaire, etc.», précise David Rodrigues. Dans certain cas, le logement est en effet aussi fictif que le propriétaire.

4. Se méfier des loyers trop attrayants

Sans être scandaleusement bas, les loyers de ce genre d’arnaque se révèlent généralement un peu plus intéressant que la moyenne du marché. «Pour ferrer sa victime, l’escroc propose généralement des tarifs inférieurs de 100 à 200 euros à ce que l’on peut trouver comme bien équivalent», souligne David Rodrigues. Évidemment, il y a quelques bonnes affaires qui ne sont pas automatiquement des arnaques mais mieux vaut se montrer particulièrement vigilant lorsque le loyer semble trop intéressant pour être honnête.

Source : Le figaro.fr

Notre actualité